Visions Solidaires
Publicités

Fin de la Campagne « Miawoezon 2018 »

Communiqué de presse

La campagne « Miawoezon » d’accueil de la diaspora togolaise de retour en vacances et des volontaires internationaux en chantier de solidarité au Togo a pris fin le 31 août 2018. La campagne « Miawoezon », qui est à sa 7ème édition cette année, s’est déroulée à l’aéroport international de Lomé d’Avril à Août 2018. Sur ces cinq mois, l’équipe de Visions Solidaires mobilisée pour l’occasion a accueilli plus de 3000 Togolais de la diaspora et 511 volontaires français qui ont participé à la vie économique et sociale du pays durant cette période. (suite…)

Publicités

Interview d’ADADE Désiré, Ancien Stagiaire à VS

Retour sur une expérience de stage à Visions Solidaires

Désiré ADADE a effectué un stage dans notre association d’Octobre 2017 à Avril 2018. Il a eu à organiser la campagne d’Animation Citoyenne « ANICI » en menant des animations d’éducation à la citoyenneté dans les établissements scolaires, dans les quartiers et dans les villages au Togo. A quelques semaines de son départ pour la France, où il vient d’être recruté comme Ambassadeur du Volontariat International par France Volontaires, Désiré ADADE revient sur son parcours comme stagiaire au sein de Visions Solidaires. 

Pourquoi avoir opté pour un stage bénévole à  Visions Solidaires en septembre 2017 ?

J’ai  décidé de faire ce stage bénévole à cause de mon attachement aux valeurs humanitaires. Lorsque j’ai vu l’annonce de la campagne d’animation de Visions Solidaires sur le réseau social Whatsapp en septembre dernier, j’ai d’abord été attiré par l’aspect de « l’animation citoyenne», l’un des domaines dans lequel je voulais me perfectionner.  Alors je n’ai pas hésité à postuler. (suite…)

Notre devoir de souvenir: Djobo Boukari

Le destin tragique d’un vaillant guerrier

Par Abdel Latif SALAMI et Samir ABI

Djobo Boukari img

La ville de Sokodé, à 300 km de Lomé, est connue pour sa population, les Tems ou kotokoli ; ses mosquées symboles de la pratique dominante de la religion musulmane, l’Islam ; la prépondérance de ses fils dans le secteur du transport comme conducteurs de mini-bus et surtout pour leur passion du football. Sokodé vit ainsi au rythme des victoires et des défaites dans le championnat national de son équipe de football nommée « Sémassi ». A l’origine, le nom « Sémassi » (Littéralement : les guerriers rouges) était porté par les farouches guerriers du Royaume Tem de Tchaoudjo à la fin du XIXème siècle qui parcouraient au dos de leurs chevaux l’espace que représente actuellement la région centrale au Togo. Sous l’autorité du Roi (« Ouro » en langue kotokoli) DJOBO Boukari dit « Sémôh » (Le Rouge), ces guerriers ont étendu les frontières du Royaume de Tchaoudjo. Ils ont construit l’hégémonie des kotokoli sur une partie du territoire qui formera par la suite le « Togoland » après l’arrivée des colonisateurs allemands pour un traité de protectorat avec ledit Royaume en 1889. Loin de revenir sur l’histoire palpitante de ce royaume, qui a déjà fait l’objet de nombreux écrits, ces lignes-ci parleront d’un des héritiers de ces fameux guerriers, homme politique togolais du XXème siècle, dont le nom se confond avec le Roi de cet ancien royaume : Djobo Boukari (suite…)

Regards d’acteurs: Xénophobie

Les Africains n’aiment pas les Africains

Par Samir ABI

we_are_african

Le constat est fort écœurant. Les Africains sont bien plus terribles envers leurs frères Africains qu’avec d’autres. Certains parlent du « syndrome de l’esclavage ». Une très jolie expression pour désigner cette méchanceté manifeste des Africains contre d’autres Africains. Que dire de plus ! Face à la déferlante xénophobe qui secoue le continent du Sud au Nord. Désemparés à la lecture des messages des migrants africains qui nous parviennent d’Afrique du Sud et du Maroc. Las de la politique de l’autruche de nos dirigeants qui refusent de mener de réelles actions concrètes contre cette vague de xénophobie. L’Africain est en danger sur son propre continent. Les récents évènements en Afrique du Sud viennent encore nous le démontrer. Des boutiques pillées, leurs propriétaires tués, des familles obligées de se cacher parce qu’on a cru bon d’accuser les migrants de vendre des faux produits. Et tout cela s’est passé devant les forces de l’ordre. Devant celles-ci, on brûle à Bangui par haine religieuse, par haine tribale. Et les mêmes forces de l’ordre sont à la manœuvre en Algérie, au Maroc, en Tunisie pour pourchasser les « Noirs », migrants illégaux, le business bien connu de la sous-traitance des politiques européennes. Pour ne pas parler des visas et de la chasse aux « cartes de séjour » des étrangers « Africains » en Afrique de l’ouest ou encore des discriminations vécues par les réfugiés somalis ou sud soudanais en Afrique de l’est.  Passé l’euphorie du protocole sur la libre circulation en Afrique, le continent va mal, plus mal que jamais. (suite…)

Notre devoir de souvenir: Alex Casimir et Robert Casimir Dosseh-Anyron,

 Les auteurs de l’hymne national du Togo

Par Adjovi Justine SOMABE et Samir ABI 

Terre de nos aïeux

Alex Casimir Etsri Yaovi Dosseh-Anyron à ne pas confondre avec son frère Monseigneur Robert Casimir Dosseh-Anyron. Le dernier étant plus populaire que le premier pour avoir été Archevêque de Lomé de 1962 à 1992 avant d’être nommé par la suite Archevêque émérite par le Pape Jean Paul 2. Toutefois nous devons aux deux et à leur collaboration avec F.Gonyuie, l’hymne national togolais : « Terre de nos aïeux ». (suite…)

Académie « Milawoe 2018 »: L’engagement citoyen

Parlons de nos engagements

Interview d’acteurs sociaux de Belgique et du Togo sur leurs engagements citoyens.

 

Notre Devoir de Souvenir : Paul Ahyi

Un grand nom de l’Art au Togo

Par Helly GBENE et Samir ABI

Paul AHYI

Coup de projecteur sur le célèbre artiste, sculpteur et peintre togolais nommé, Paul Ahyi. Ce voyage dans le temps nous amène à parler de la biographie de ce grand artiste, de ses œuvres à travers le monde et de son héritage aux générations présentes d’artistes plasticiens au Togo. Ce feed-back biographique sur Paul Ahyi vise surtout à combler le vide d’informations des Togolais par rapport à l’art plastique, un outil pourtant important pour valoriser notre culture et nos valeurs citoyennes. (suite…)

Académie « Milawoe 2018 » en vidéo

Les grands moments et animations de l’Académie l’Education Populaire

« Milawoe 2018 »

Libre circulation en Afrique

COMMUNIQUE DE PRESSE

Exemption de visa pour la Centrafrique : Le Togo doit faire plus pour montrer l’exemple

Le dimanche 29 juillet 2018, la République de Centrafrique et le Togo signaient un accord exemptant leurs citoyens disposant de passeport diplomatique, de service ou ordinaire de visa d’entrée dans leurs pays respectifs. Pour Visions Solidaires, cet accord, salué par tous comme un exemple dans l’effort d’intégration souhaitée entre l’Afrique centrale et l’Afrique de l’ouest, ne peut faire oublier le régime auquel sont soumis les ressortissants de différents pays d’Afrique centrale à leur arrivée à l’aéroport international de Lomé ou aux postes de frontières terrestres togolais.

Malgré les mesures prises par le gouvernement togolais depuis plusieurs décennies pour faciliter l’obtention de visas à l’arrivée au Togo à tous les étrangers, il est constaté une discrimination dans le traitement des voyageurs selon qu’ils soient des Africains ou d’autres continents. En effet, les citoyens de bien des pays d’Afrique se retrouvent à payer 25.000 F CFA (40 euros) pour l’obtention d’un visa d’entrée au Togo alors que les Européens payent pour le même visa 10.000 F Cfa (un peu moins de 20 euros). Et cette différence de traitement, justifiée en réciprocité aux traitements subis par les Togolais dans ces pays, est à mettre en doute quand on sait que les Togolais sont exemptés de visa pour le Tchad alors que l’inverse ne l’est toujours pas. (suite…)

Agenda