Visions Solidaires

Accueil » Migration » Naufrage de migrants en mer méditéranée

Naufrage de migrants en mer méditéranée

 LE SILENCE COUPABLE EN AFRIQUE

Par Samir ABI

migrants en mer

Le triste record des 4000 migrants morts noyés annoncé par l’Organisation Internationale pour les Migrations à la fin 2014 risque d’être dépassé au vue des catastrophes qui se multiplient au fil des mois en mer méditerranée. L’ampleur des drames ne semble pourtant pas faire bouger les lignes au niveau des politiques en Afrique qui, a plus d’un titre, sont tout aussi responsables que leurs homologues européens de l’hécatombe humanitaire en méditerranée.

L’inertie des gouvernements et de l’Union africaine depuis quinze ans face aux naufrages de migrants et aux drames dans les déserts cache une culpabilité plus que manifeste. Coupables de ne jamais respecter leur promesse faite à des populations qui croient encore à l’avènement d’une justice sociale sur le continent. Coupables d’aller à l’encontre des institutions démocratiques et des lois  fondamentales pour garantir des intérêts dynastiques dans des républiques bananières. Coupables de faire le jeu des investisseurs chinois et occidentaux, prédateurs de ressources minières au détriment de la nature et des peuples qui vivent sur les terres exploitées. Coupables de créer des conflits, décimant des innocents et mettant sur les routes des peuples meurtris dans leur chair et dans leur dignité. Coupables enfin de leur incapacité au sein des institutions régionales et continentales à pouvoir régler les conflits et faire face aux nombreux défis auxquels l’Afrique est confrontée. L’injustice a toujours un coût humain qu’il est difficile de taire quand cela prend des proportions dramatiques. Se replier derrière un silence coupable pour ne pas reconnaitre ses responsabilités est une lâcheté que se doivent de dénoncer les sociétés civiles africaines.

L’émoi des populations outragées et honteuses devant les images que renvoient les médias occidentaux doit pouvoir aller au-delà d’une expression passive pour une interpellation active des « représentants du peuple » afin que l’état de survie soit dépasser pour un mieux vivre de tous.  Les fils africains éplorés dans les mers et les déserts ne demandaient qu’un minimum de respect de leur droit à la vie. Leurs parents en les voyant partir n’avaient pas moins le regret d’avoir échoués à procurer à leurs progénitures le meilleur de ce que tout parent espère pour son enfant. Sur un continent où la survie journalière est une miséricorde divine on ne peut accuser ces derniers de laisser partir les leurs vers de nouveaux horizons avec l’espoir que pour eux l’avenir sera meilleur. Pour beaucoup cet ailleurs d’espoir reste encore l’Europe qui dans l’imaginaire des populations demeure une terre hospitalière. Plus pour longtemps certes, laisse percevoir la montée de l’extrême droite. Mais en attendant qu’un nouvel espace voit le jour pour absorber ce flot humain en détresse, il reste à se rabattre sur les cœurs encore solidaires qui voient en l’autre non un profiteur de la sécurité sociale mais un homme avant tout.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :