Visions Solidaires

Accueil » Uncategorized » ANICI 2019-2020: L’éducation aux valeurs

ANICI 2019-2020: L’éducation aux valeurs

Une responsabilité de tous

Par Samir ABI

Ces quelques lignes marquent la fin de la campagne d’Animation Citoyenne (ANICI) 2019-2020 de Visions Solidaires. Une campagne que nous avons dédiée à l’éducation aux valeurs. Point besoin de le rappeler, les valeurs morales et humanistes battent en retraite dans nos sociétés au profit des valeurs matérielles et financières. La considération sociale n’est plus liée à l’être et aux actions bénéfiques accomplies envers l’humain et la société mais plutôt à l’avoir et au paraître aussi bien dans l’espace public que sur les réseaux sociaux. Il était de notre devoir de mener cette campagne pour rappeler aux valeurs morales indispensables pour la construction d’un être humain et d’une nation forte. Certes notre campagne reste une goutte d’eau dans l’océan des possibles. D’où cet appel à la responsabilité de tous face à la nécessité d’éduquer aux valeurs humanistes dans nos foyers, nos cités et dans le monde.

Nos regards se tournent en premier lieu vers les familles, qui à nos yeux, ont la lourde charge d’accompagner les enfants dans l’apprentissage des valeurs. « L’enfant est le père de l’Homme » dit-on. Il n’est donc pas vain de rappeler aux familles leur responsabilité première dans la formation des citoyens valeureux de demain. La famille est le premier cadre où s’apprend l’amour. L’amour entre parents et enfants, entre frères et sœurs, entre générations anciennes, présentes et futures. La famille est le lieu d’apprentissage du respect. La famille est le socle à partir duquel l’enfant développe la confiance en lui et en d’autres. Tant de valeurs qui sont primordiales « pour faire Humain » comme on le dit si bien dans certaines langues africaines.

La communauté et l’école, nous apparaissent ensuite les lieux où l’éducation aux valeurs pourrait être renforcée. Au-delà des programmes scolaires, des célébrations cultuelles des églises, des temples, des mosquées, des fêtes communautaires, et des agendas des entreprises, les valeurs doivent ressortir de notre vivre ensemble scolaire et communautaire. L’apprentissage de l’amitié, de la compassion, de l’empathie, de l’entraide, de l’altruisme, de la solidarité mécanique (au sens de Durkheim) sont à découvrir dans les milieux de vivre ensemble que sont l’école, les lieux de culte, les entreprises, etc. De même que le courage, l’honnêteté, l’excellence, l’humilité, le respect des engagements et tant d’autres valeurs qu’il serait fastidieux de lister dans ce texte. « Une seule brindille ne balaie pas la cour » tout comme « une seule pagaie n’est suffisante pour faire avancer harmonieusement une pirogue ». L’Humain se construit ensemble car « nous sommes parce que les autres sont (Ubuntu) ».

Une parenthèse pour évoquer les médias. On ne peut les négliger tant ils rythment nos vies aux quotidiens. Ils ont une place primordiale pour l’éducation aux valeurs dans nos sociétés. Dédier quelques programmes médiatiques aux récits des hommes/femmes/jeunes/vieux valeureux qui ont marqué et marquent l’histoire de l’humanité ne serait pas de trop. Nombreux sont ceux qui se plaignent de la fâcheuse tendance qu’ont les médias à faire peur et à maintenir le public dans un stress de crises permanentes. Cela favorise un repli sur soi sécuritaire au lieu d’une réelle confiance dans l’autre et dans l’avenir. Nul besoin également d’évoquer les émissions abêtissantes faisant le culte du corps, de l’argent et de la compétition au lieu de réel programme de valorisation de l’excellence, de la justice sociale et de la solidarité. Le champ médiatique est plus que jamais à investir pour reformer les valeurs dans nos sociétés.

Sans surprise, ce dernier paragraphe s’adresse aux gouvernants, aux leaders politiques, aux chefs d’entreprises et à l’État. « Le poisson pourrit par la tête » nous dit le proverbe chinois. Il en va ainsi de nos sociétés. Inutile d’égrener le chapelet des maux de nos sociétés alimentés par les élites ou ceux qui dirigent. Le plus important est de se rappeler le rôle de modèle que tout leader est censé avoir pour inspirer à l’exemple. On ne peut demander aux citoyens de respecter les institutions et les lois quand on est parmi les premiers à ne pas les respecter. On ne peut consciemment pointer du doigt la sauvagerie de « justice de rue » et des vindictes populaires quand on favorise l’injustice dans toutes les sphères d’une société. On ne peut amener les citoyens à contribuer par leur honnêteté et leur bravoure à l’essor d’un pays quand on ne leur donne pas le cadre de liberté et d’expression nécessaire pour démontrer leurs valeurs. Enfin, on ne peut espérer construire une solidarité organique, base de toute citoyenneté, sur l’oppression des plus forts sur les plus faibles, de la minorité sur la majorité.  Changer les cœurs passe certaines fois par un changement de têtes et de visions. Que chacun fasse donc sa part sur l’immense chantier de l’éducation aux valeurs pour le bien de tous.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :